31 août 2016 ~ 0 Commentaire

Blocher, Le Pen, Poutine, Trump :un même combat

Ils ont pour points communs d’être très riches, politiciens, viscéralement nationalistes et moralement très conservateurs. La différence, c’est que l’un est au pouvoir, mais fondamentalement, ils partagent la même vision passéiste du monde et de la nation.

Ce que résume parfaitement cette répartie offusquée de Le Pen face à des étudiants pro-européens qui lui faisaient remarquer que la France était un petit pays : « Oh, la 5ème puissance mondiale tout de même ! ». Oui, derrière les Etats-Unis, la Chine, le Japon et l’Allemagne, mais pour combien de temps encore ?
Demain, le Brésil, l’Inde, la Russie et le Canada ont vocation à la dépasser. Et après-demain elle se retrouvera à batailler pour la 9ème place non plus seulement avec la Grande-Bretagne et l’Italie, mais aussi la Colombie, l’Afrique du Sud, le Canada, le Mexique, l’Argentine, le Chili, le Vietnam, l’Indonésie, la Malaisie, le Pakistan. Voire l’Ukraine. Et bien avant la fin du siècle, l’Egypte, le Nigeria, le Bengla Desh auront rejoint le club des puissances mondiales.
La Russie elle-même ne sera plus jamais ce pôle alternatif d’un monde bipolaire ou triphasé dont rêve Poutine. Avec 145 millions d’habitants, elle est une puissance importante, certes, comme le Japon et contrairement à lui riche de matières premières (comme le Congo) mais rien à voir avec la Chine, l’Inde, les Etats-Unis ou le Brésil… D’autant que son immensité est son talon d’Achille. Le jour où la Sibérie se peuple, ce que le réchauffement climatique pourrait faciliter, les pulsions centrifuges se développeront en parallèle, vu les distances à parcourir.
Les regroupements régionaux vont accentuer et pallier ce phénomène. Comme l’UE ne peut que se renforcer si ses peuples veulent continuer de peser d’un poids conséquent sur l’avenir de la planète. Or il est nécessaire que cela soit le cas, ne serait-ce que pour l’écologie et la survie de la planète comme de l’humanité.
Il est un moment où le nationalisme et le sentiment d’être différent des autres doit s’effacer derrière un double constat : les Etats et les populations ont des dimensions et qu’on le veuille ou non, nous ne sommes tous que des êtres humains, fondamentalement égaux.
Bien sûr, la Suisse montre que l’on peut être petit et tirer son épingle du jeu. C’est tout le bien que je souhaite à l’Europe en général. Mais pour y parvenir, il faut être ouvert au monde comme l’est notre pays, probablement le plus ouvert au monde et aux échanges de la planète, ce qui lui permet, sans ressources naturelles, de caracoler en tête de nombreux classements. Tout le contraire de ce que prône Blocher, bien qu’au niveau de ses affaires, il développe une vision parfaitement mondialiste…

Ce n’est pas un drame d’être la 10ème ou 12ème puissance mondiale plutôt que la 3ème ou la 25è… L’essentiel c’est de participer. En clair, de faire en sorte que sa population se sente bien dans sa peau, que les échanges avec les voisins proches ou lointains se développent harmonieusement, que l’on vive en paix et de manière prospère et toute cette sorte de choses. Avoir la belle vie ne se mesure pas en termes de puissance militaire et de loin pas non plus uniquement en termes de PNB. De PNB par habitant, à la rigueur, ce qui est bien différent, et implique précisément de se préoccuper de ses habitants, avant de s’enticher de la grandeur du pays…

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Tous Unis pour le Canton d&... |
Bourgoin-Jallieu : Unis et ... |
La presse d'opinion su... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chroniques pour préparer le...
| Fillon pour les primaires à...
| Le Parti de la France - Alp...